Et si…? Cela montre à quel point les héros peuvent facilement devenir des méchants (et vice versa)

L'article suivant contient des spoilers pour le Et si…? série.

Toute la prémisse derrière le Et si…? Les bandes dessinées sont quelque chose qui semble parfois presque tout droit sorti de la fanfiction, plaçant les héros célèbres de Marvel dans des scénarios tordus, improbables et pourtant tout à fait plausibles, conduisant à la création de différents héros, mais aussi à de nouveaux méchants.

À première vue, l'idée mène à des situations assez amusantes, comme les hommes de main de Yondu prenant T'Challa au lieu de Peter Quill pour devenir Star-Lord, cependant, d'autres histoires comme l'épisode de cette semaine de Doctor Strange ils ont un ton beaucoup plus sombre. Cela ne devrait pas être trop surprenant pour les fans de MCU familiers avec la tradition de Marvel Comics, car le Et si…? s Les séries ont en fait tendance à présenter principalement de mauvaises fins ou de mauvais résultats pour lesquels les scénaristes n'ont pas à s'en tenir au trope habituel des super-héros ou à l'un des archétypes du voyage de ce héros.



EN RELATION: Marvel Cosplayer cloue le look de Nebula dans Guardians of the Galaxy

La chose la plus intéressante à laquelle il faut penser est à quel point la ligne est mince entre l'héroïsme et la méchanceté pure et simple ou, au mieux, une utilisation incroyablement malavisée du pouvoir (les leçons d'Oncle Ben sur la responsabilité tiennent toujours à ce jour). Par exemple, dans le premier Homme d'acier film, Tony Stark est confronté à la triste réalité que ses inventions et ses armes étaient utilisées dans le pire des cas, il n'est donc pas si difficile d'imaginer que Stark ressemble davantage à Justin Hammer à un moment donné avec le bon mélange d'événements connexes. .

Pour DisneyPlus' Et si…? un série animée, Iron Man jouera dans l'un de ses changements de cœur les plus intéressants, avec Erik Killmonger devenant panthère noire . La performance de Michael B. Jordan en tant que Killmonger instantanément fait de lui l'un des meilleurs méchants du MCU Et une partie de la raison est que, au fond, ce qui le pousse à se battre et à contrarier son cousin T'Challa sont en quelque sorte des motifs et des objectifs relatables, même s'ils sont exécutés de manière répréhensible.

MCU Killmonger est un garçon orphelin qui a grandi en voyant les difficultés que des gens comme lui ont subies, tandis que ses parents de sang à Wakanda ont connu une vie remplie de prospérité et d'innovation. C'est précisément cette vision du monde et faire face à la douleur de sa propre famille qui pousse finalement T'Challa à ouvrir Wakanda au reste du monde en panthère noire , mettant fin à des centaines d'années de tradition.

Killmonger et le sombre Doctor Strange Supreme sont la preuve que personne n'est intrinsèquement bon ou mauvais, mais plutôt que leur personnage se renforce ou mène à certains objectifs en fonction des circonstances qui les entourent. Le Docteur Strange le plus sombre qui veut sauver sa bien-aimée Christine n'est pas tant un méchant qu'il est amoral, il se détourne simplement des enseignements de l'Ancien et des conseils d'Obeng à cause de sa propre arrogance qui l'amène à penser qu'il est au-dessus des lois naturelles. . . qui gouvernent le multivers Marvel.

Le cas de Thanos est peut-être encore plus intéressant car le titan violet conserve toutes ses théories et impulsions génocidaires, mais de par la simple rencontre de T'Challa Star-Lord (et peut-être une enfance différente), il choisit de vivre une vie normale. en tant que chasseur de primes de l'espace avec les Ravageurs de Yondu. Lorsque Avengers : guerre à l'infini a été publié, d'innombrables articles ont été écrits sur les préoccupations relativement rationnelles de Thanos concernant les ressources insuffisantes, la surpopulation et la souffrance, qui sont tous, dans une certaine mesure, des problèmes réels auxquels les humains doivent faire face.

Cette caractérisation hésitante n'est même pas unique à Et si…? , Quoi WandaVision Oui Le faucon et le soldat de l'hiver Il a également montré comment les actions et les expériences d'individus surpuissants peuvent conduire à une vision confuse de ce qui est bien ou mal. Dans le Le cas de Scarlet Witch, son état dépressif et la douleur profonde l'a amenée à devenir une menace pour la sécurité nationale et celle de nombreux univers, même si elle ne le savait pas, un complot qui pourrait être réutilisé dans Docteur étrange dans le multivers de la folie Oui Wanda Maximoff s'est avérée être une méchante .

Quant à l'ancien Captain America est devenu l'agent américain John Walker , le chemin est assez similaire. Individu exemplaire et honoré tout au long de sa vie, véritable héros américain qui ne voulait que suivre les traces de Steve Rogers, il finit par devenir un anti-héros en raison de son incapacité à faire face au traumatisme que lui a apporté son propre parcours héroïque.

La seule personne qui semble être exempte de toute sorte de les débats moraux avec lui-même seraient Steve Rogers , qui même sans superpouvoirs est assez vertueux pour se battre aux côtés de son bien-aimé Capitaine Carter. Bien sûr, comme Et si …? Les bandes-annonces ont montré, même dans ce cas, qu'il existe toujours la possibilité de déclencher une clause d'apocalypse zombie sur Rogers comme moyen ultime de transformer Cap en mal.

Les meilleurs méchants de Marvel ont constamment montré que ce sont ceux qui ne sont pas mauvais pour le plaisir d'être mauvais, mais plutôt ceux qui ont de nombreuses couches de complexité dans leur caractère et leurs choix, et c'est précisément cette composition qui permet à chacun de leurs héros d'être inculqué avec suffisamment expériences pour les amener à se tourner vers le côté obscur. En effet, ce sont des gens remarquables, mais Et si…? - un peu comme Knightmare Superman de Snyder Cut - est le moyen idéal de montrer que l'un des meilleurs de Marvel peut casser si quelque chose tourne terriblement mal.

PLUS: Un fan de Marvel montre un incroyable cosplay de chat noir

Cet article est traduit et non édité de Police de caractère